Renouveau

Bonjour,

Il y à encore du mon ici? Ca fait très longtemps que je n’ai pas eut envie de publier ici. J’avais même à vrai dire perdu l’envie d’écrire. Mais depuis fin 2018 L’envie m’est revenu. Pour moi tout d’abord, puis pourquoi pas ici, histoire de vous faire part de mes réflexions.

Des réflexions j’en est beaucoup en ce moment.

Déjà au alentours de Noël j’ai eut envie de me mettre au régime. Alors pas pour rentrer dans une taille  0 histoire d’avoir un BeachBody ou je ne sais plus comment ils appellent ça dans les magazines à la con. Non histoire d’avoir un corps qui me permet de vivre comme je l’entend. De pouvoir lacer mes chaussures sans avoir l’impression de faire ma gym pour le mois, histoire de pouvoir récupérer un truc qui est tomber à mes pieds dans la voiture… Des choses toute bête mais qui sont très très embêtante à vivre.

De là vient bien sur une question : POURQUOI? Pourquoi est ce que je me suis handicapée la vie comme ça pendant 10 ans? Car oui je suis persuadée que l’obésité, n’en déplaise à beaucoup de monde, est plus une maladie psychologique, si on peut parler de maladie, qu’une maladie physique. Je suis en obésité morbide, plus de 40 d’IMC, donc je devrais être pas loin de la mort , mais je vais bien. Pour moi la prise de poids commence avec un traumatisme psychologique. En ce qui me concerne c’est ma première grossesse, suivis de mes années de dépression et d’épuisement maternel. Je vous est déjà parlé de mes grossesse qui ont été très dur à vivre pour moi. Mais c’est traumatismes ne laissent aucune trace physique, donc comment prouver au monde que NON on ne va pas bien? Qu’on à besoin d’aide, que tout n’est pas rose dans notre vie? Comment se protéger de toutes les agressions extérieur, de toutes c’est personnes que savent mieux que vous comment être une bonne mère, une bonne épouse, une bonne maîtresse de maison? En se faisant une armure, en prenant de la place. Le meilleur moyen c’est de prendre du poids. Ce n’est pas le poids qui fait la dépression, c’est la dépression qui fait le poids. En fin d’année j’ai pris conscience de ça et j’en est eut marre. Je me suis pausé LA question : Est ce que j’ai envie que toute ma vie soit conditionnée par ma dépression alors que j’en suis sorti? Est ce que j’ai envie de dire au monde entier « Regardez comme j’ai été malheureuse? » NON. Maintenant j’ai envie de passer à autre chose. J’ai bien déprimée, j’ai bien profité de ma dépression maintenant j’ai envie d’être heureuse et libre.

Et je ne peut pas être libre à 135Kg. Je ne peut pas être libre si je dois me demander à chaque fois que je veut faire quelque chose si c’est compatible avec mon poids, ma taille de vêtements, ma morphologie, ça pour moi c’est être esclave de mon corps, de mon mal être et je ne veut plus. Je veut pouvoir piquer la trottinette de mes fils sans me demander si je vais la casser, je veut pouvoir aller Disney sans me demander si mon cul passe dans les siège, je veut pouvoir allez au ski sans payer un rein pour une combinaison, je veut pouvoir m’acheter des culotte Pikachu chez Undiz. Heu oui se dernier point est TRÈS important, me demander pas pourquoi mais c’est culotte on été un des déclic. C’est très con mais c’est comme ça. Un autre c’est le mariage de mon frère qui à pour thème Médiéval Fantasy, et en 52 c’est juste impossible de trouver quoi que se soit.

A l’heure ou je vous parle j’ai déjà perdu 15Kg, donc je fais 120Kg c’est bien évidement encore énorme, mais ça m’a déjà changé la vie. Je suis passé du 110H au 105F en soutien gorge, donc de la très grande taille à la grande taille, une taille qu’on trouve un peut plus facilement en tout cas. Je peut m’asseoir en tailleur dans le canapé, chose que je ne pouvais plus faire, je suis passé de la taille 52 à la taille 50 en bague, se qui est beaucoup plus facile à trouver quand même. Ils n’en ont toujours pas plus en stock mais au moins j’ai un plus grand choix. Bon mes bagues de fiançailles et mon alliance sont trop grandes mais c’est pas grave mon mari m’en à acheter une autre.

Donc je vais surement revenir ici vous parler de ma perte de poids, de se que ça fait ressortir en moi.

merci de m’avoir lu

Bonne journée !

Publicités

Vision(s) du (des) corps

J’ai plusieurs personnes autours de moi qui sont au régime, ou qui veulent l’être.
Moi je fais 130kg, ou par là, et je le vie bien.  Donc je m’interroge beaucoup sur la vision que chaque personne à de son corps et de celui des autres. Un jour je me suis amusée à calculer mon IMC, il était marqué que je suis en obésité morbide… Morbide à une connotation de mort.  Je ne me sent pas du tout en train de mourir. Je me sent même très vivante. Je marche, je cours, je ris, je parle, je chante, je cris, je pleure… Comme tous le monde en somme.  Peut importe si je suis grosse ou maigre. Ça n’a pas de sens pour moi.

Alors j’aimerais être plus mince en effet, mais pas pour me sentir vivante,  pas pour être « plus belle en maillot de bain »  non, pour pouvoir me mettre du vernis sur les pieds, pour pouvoir attraper un truc sous mon siège en voiture…

Pour se faire je ne fais pas un régime, je n’arrête pas de manger, je ne fais pas de sport à outrance. Je vais voir une psychologue. Afin de comprendre comment et, surtout pourquoi, j’en suis arrivée là. Car non il ne suffit pas de manger beaucoup pour grossir, et donc, de manger moins pour maigrir.  Il y a bien plus que ça en jeu. 

J’ai surtout eut envie de comprendre qui je suis, ce que je suis.  Et je ne le saurais jamais en faisant un bête régime.

Demain

Demain nous avons rendez-vous chez la psychologue de K, pour la restitution du test de QI de Kilian.
Je me suis tellement fait à l’idée qu’il est surdoué que je ne sais pas comment je réagirait si le test dis le contraire.  Il en a tout le comportement c’est sur. Mais je n’arrive pas à me rendre compte si il est vraiment différent des autres enfants….
Il a toujours été comme ça, le petit à l’air de prendre le même chemin !

image

Un petit tours

Bonjour à tous,

Je me rend compte que ça fait un bon moment que je ne suis pas passé par ici. Peut être moins le temps, peut être moins le besoin je ne sais pas trop. Mais aujourd’hui j’ai trop de choses en tête et il faut que ça sorte.

Mon article va peut être vous surprendre…

Ici je déverse le trop plein d’idée, d’interrogations etc que je peut avoir dans ma tête, vous avez donc surement l’impression que je suis quelqu’un de profondément mal dans sa peau et malheureuse. Il y à un peut de sa mais pas que.

Si certaines d’entre vous me connaissent dans la vraie vie vous direz que c’est le contraire je sourit tout le temps je ne raconte jamais mes malheurs ou en les minimisant, en souriant, en disant se n’est pas grave… J’ai toujours un sourire et un bonjour pour tous le monde, j’ai toujours du temps pour écouter.

C’est un peut les deux.

Je sais que pour beaucoup de mes amis avec F. on forme un couple idéal, on est LE couple que tous le monde veut. En apparence oui. En apparence on est toujours du même avis, on se fait des câlins, des bisous, on s’appel Mon Coeur, on demande l’avis de l’autre…

En apparence mes fils sont des anges blonds au yeux bleus

En apparence je suis fière de mes rondeurs

En apparence je suis une mère au foyer épanouis.

Mais comment on dit déjà? Ah oui : Il ne faut pas se fier aux apparences.

Se ne sont que ça justement : des apparences

Je ne suis pas la plus malheureuse des femmes, je ne suis pas la plus heureuse.

J’ai mes soucis comme tout le monde. Et si ils ne me semblent pas insurmontables c’est que j’en est connu des pires. Avec F. on se prend la tête, ou pour être honnête je lui prend la tête. Ce n’est par par ce qu’il me trouve belle, qu’il me dit « je t’aime » , qu’il va chercher le pain et qu’il s’occupe des enfants qu’il est parfait.

J’assume mon poids, je n’en suis pas fière, je fais avec ce n’est pas la même chose. Comme toute les femmes, ou presque, j’aimerais retrouver ma taille de jeune fille.

Je n’étale pas mes problèmes auprès de tout le monde, écouter ceux des autres et une façon de ne plus penser aux miens.

Ça me joue des tours bien sur. Je n’est que rarement de l’aide puisque personne ne s’attend à se que j’en demande. Je reste avec mes questions dans ma tête.

Mais toutes ses questions, toute ses insomnies à cause de problèmes insoluble ne m’ont jamais empêcher de prendre soins de mes enfants. Je me suis toujours levée pour leurs donner leur petits déjeuner, j’ai toujours fait en sorte qu’ils aillent à l’école si ils ne sont pas malade. Même si JE suis malade, je me débrouille. Même quand j’ai eut un aphte tellement gros que le médecin n’avais jamais vu ça, même quand j’ai une migraine, même quand j’ai une bronchite je me lève et je les emmènent à l’école.

Peut être que je ne devrais pas, peut être que c’est trop. Mais c’est ma fierté à moi. Même quand sa ne va pas les enfants ont se d’ont ils ont besoins.

C’est ma façon d’être une bonne mère, qu’ils aient une vie aussi « normal » que possible.

Zèbre

C’est le nom que Jeanne SIAUD-FACCHIN donne aux enfants surdoués.  Il y a tellement de noms pour eux, tous plus ou moins connoté que celui là me plaît par sa neutralité.

Au final ce diagnostic m’a aidé à le comprendre et à comprendre ses réactions. A savoir que si il pigne cri hurle c’est « à cause  » de ça. Qu’il ne fait pas exprès pour m’énerver, que oui l’envoyer se calmer dans sa chambre c’est une bonne idée.  Et que non ça ne lui passera pas ! C’est bizarre mais savoir qu’il réagira toujours de cette façon, que ce n’est pas la peine d’attendre un changement, permet de relativiser. Je ne suis plus dans l’attente.
Je ne sais pas si le diagnostic à vraiment changé quelques choses pour lui. Il a fait des cours de maths avec les CE1 au moins une fois. Mais je ne sais pas si il y en a eut d’autres. 
Il ne saute pas de classe. Trop immature.  Il ne se prend pas assez en main. Il attend toujours des ordres de la maîtresse.  Même à la maison il n’est pas du tout autonome…  Mais il veut avoir sa carte pour sortir tout seul de l’école. Du coup il veut absolument nous montrer qu’il est grand. J’hésite.  J’ai à la fois envie de lui plaire confiance et à la fois un peu peur.

On verra se que ça donne l’année prochaine.